Comment créer une école de langue ?

Au cours d’une soirée, j’ai rencontré Olivia : une belle énergie, un sourire lumineux, un rire communicatif, un mélange de légèreté et de gravité. En discutant avec elle, je voulais en savoir plus sur son parcours atypique et audacieux. Quelques jours plus tard, je l’ai trouvée dans un café pour en savoir plus. Je suis donc heureux de vous présenter Olivia, 41 ans, fondatrice et directrice d’une école de langues.

Pouvez-vous retracer votre carrière professionnelle ?

A lire aussi : Quels sont les critères de choix d’un carport ?

J’ ai étudié la littérature classique : deux années de prepa puis un master à la Sorbonne. Puis j’ai passé le CAPES. Être professeur n’avait jamais été mon rêve, mais j’étais heureux d’entrer dans la vie active, même si je ne savais pas très bien ce qui m’attendait ! Pour mon année de formation, j’ai été envoyé à Dreux pour enseigner la 6e classe. En même temps, j’ai suivi l’IUFM à Chartes et Orléans, tout en continuant à vivre à Paris ! C’était dur… L’année suivante, j’ai été transféré à Charleville Mézières, dans un collège difficile. Choc… d’ailleurs l’isolement géographique ! En troisième année, après avoir épousé, j’ai eu mon retour en banlieue parisienne à Montreuil (Seine-Saint-Denis). Cela s’est mieux passé parce que j’avais un peu plus d’expérience, mais les conditions de travail étaient encore aussi difficiles. Après trois ans, j’ai décidé de démissionner parce que j’ai réalisé que je ne pouvais pas faire ce travail toute ma vie.

J’ ai ensuite travaillé dans différents métiers : j’ai travaillé pendant un certain temps dans une galerie d’art à Londres — une expérience que j’aimais beaucoup, puis j’étais assistante de vente dans la mode et j’ai travaillé sur une association, New-attitude, qui fait la prévention contre les dépendances et organise des événements artistiques, je n’ai jamais cessé il y consacre du temps.

A découvrir également : Pourquoi j'ai choisi d'être médecin ?

Ensuite, j’ai travaillé pendant 8 ans dans les écoles de langues pour adultes d’abord en tant que professeur de français comme professeur de langue étrangère (FLE). Avec mes amis enseignants comme moi, nous avons rêvé d’ouvrir notre propre école, nous nous souvenons souvent des ébauches de ce premier projet. Puis, au fil des ans, j’ai travaillé en tant que client manager, puis en tant que développement gestionnaire. Peu à peu, l’idée de créer ma propre école de langues a fait son chemin. Je ne voulais pas commencer comme professeur de langue en auto-entrepreneur, je voulais vraiment créer mon école, gérer son développement commercial, la communication, créer du travail, etc.

Un jour, après avoir été renvoyé de 2 écoles en un an, et pendant que j’avais une interview, j’ai vu le magazine Challenges sur une table et son « créer votre entreprise ». C’était le clic. Quand je suis sorti, j’ai rencontré un petit ami qui m’a demandé mes nouvelles. Je lui ai montré le magazine en lui répondant » C’est ce que je vais faire !  » Fin 2011, j’ai commencé. J’ai trouvé le nom de mon école, The French Touch (un clin d’œil à mon expérience londonienne !) , créé mon logo, lancé mon site web avec l’aide d’un ami et envoyé une carte de vœux à mes anciens clients pour présenter mon offre. Je suis entré dans un incubateur d’entreprise (NDRL : une structure qui permet aux futurs créateurs d’entreprise de tester leur projet en taille réelle). Cela m’a permis de bénéficier de formation à la comptabilité, à la gestion ou à la prospection commerciale. Rapidement, un ancien premier client m’a fait confiance (The Bank of Japan) et d’autres ont suivi, principalement par le réseautage et mon réseau d’amis. Un an plus tard, j’ai mis en place un EURL.

Qu’ offre The French Touch ?

Le French Touch, Langues & Cultures, est une organisation de formation professionnelle qui propose des cours de langues (anglais, français langue étrangère et autres langues) pour les entreprises et les expatriés à Paris, à travers des cours privés ou en mini-groupe, en face à face ou par téléphone. J’ai également créé un club de conversation bilingue (Let’s Chat). Une fois par mois, dans la plus américaine des galeries d’art parisiennes, Dorothy’s Gallery, j’organise des soirées franco-anglaises pour améliorer son anglais ou parler français dans une ambiance détendue avec l’aide d’un formateur bilingue anglais.

Nos clients sont des entreprises françaises ou étrangères basées à Paris et en région parisienne, des expatriés et leurs conjoints. L’équipe a une douzaine indépendante enseignants, locuteurs natifs.

Quel est le plus difficile ?

Lorsque vous êtes chef d’entreprise, vous êtes assez isolé. Certains matins, parfois je trouve difficile de me rendre au travail et de me motiver !

Quels sont vos objectifs pour 2014 ?

Je veux consolider mon activité. Faites au moins autant que l’an dernier et si possible doubler mon chiffre d’affaires. Cette année, je travaillerai à affiner mes offres et à améliorer mon image et ma visibilité.

Vous faites partie de réseaux professionnels ?

J’ ai testé différents réseaux professionnels, surtout les syndicats professionnels, mais je trouve qu’ils sont trop politisés, pas à mon bord, et pour être franc, un petit machos ! Enfin, j’ai opté pour BNI, un réseau d’affaires qui me convient bien. Ces rencontres hebdomadaires m’apportent beaucoup en termes de motivation, d’apprentissage dans ma façon de me présenter, etc. En outre, après avoir lu le livre Lean In : Women, Work et la volonté de diriger par Sheryl Sandberg, numéro 2 de Facebook, que je conseille à tout le monde femmes et qui m’inspire beaucoup, j’ai créé un cercle Lean In.

Êtes-vous plutôt satisfait du point de vue de la conciliation de la vie privée et de la vie professionnelle ?

Oui, je crois que j’ai trouvé un équilibre. J’ai toujours attaché de l’importance à ma vie personnelle, à mes amis et à mes activités extra-professionnelles. Je sais travailler beaucoup quand j’en ai besoin, mais je sais aussi me donner des pauses et de vraies vacances (même si mon ordinateur portable n’est jamais loin !).

vous pourriez aussi aimer