Activités extra-scolaires : bonne ou mauvaise idée ?

Chaque rentrée est l’occasion pour les parents de s’interroger sur les activités extrascolaires à proposer à leurs enfants. L’offre s’élargit et devient de plus en plus diversifiée. Il peut s’agir d’un sport, de l’apprentissage d’une nouvelle langue ou d’un cours lié aux arts. Quelle que soit votre préférence, la question se pose : combien d’activités choisir pour mon enfant ? Nous allons tenter de répondre à cette question aujourd’hui !

Une activité extra-scolaire s’inscrit dans un temps en dehors de l’école. Pour cette raison, vous devez vous pencher sur la question de l’assurance scolaire, voire de l’assurance extra-scolaire. Pensez bien à vous pencher sur le sujet car cette assurance peut s’avérer utile et peut être demandée par certains organismes d’activités pour enfants. Vous pouvez consulter le site de La MACIF pour en savoir plus sur les spécificités de ces assurances pour enfants.

A lire en complément : Casquette pour enfant : quel modèle choisir pour cet hiver ?

Combien d’activités extrascolaires choisir pour son enfant ?

Le choix du nombre d’activités périscolaires d’un enfant est souvent conditionné par la journée de travail des parents. Les parents doivent souvent faire garder leurs enfants et donc les occuper après l’école jusqu’à ce qu’ils aient terminé leur journée de travail. Tant qu’il s’agit d’activités éducatives dans lesquelles l’enfant se socialise et qui l’aident dans son développement, elles peuvent apporter des bénéfices, que ce soit ou non l’une des raisons.Cependant, il n’est pas possible de donner un nombre exact d’activités périscolaires recommandées, car la situation personnelle de chaque enfant doit être analysée. Les activités extra-scolaires ne doivent pas devenir une obligation, mais doivent être perçues par votre enfant comme un moment de détente et d’amusement. Sinon, ils risquent de développer du stress et de la frustration. Pour cette raison, il est toujours conseillé de décider du nombre et du type d’activités avec votre enfant. Demandez à votre enfant comment il se sent en faisant ces activités. Observez attentivement si ces activités entraînent une fatigue supplémentaire pour votre enfant. Vérifiez que les différentes activités de votre enfant n’aient aucun effet négatif sur ses résultats scolaires et sur son bien-être familial et social.

Enfant ou parent : qui doit choisir l’activité en question ?

C’est avant tout l’enfant et non le parent qui doit choisir l’activité à pratiquer. Afin que les activités extra-scolaires soient sources de bénéfices, elles doivent être appréciées par l’enfant. Ces activités ne doivent jamais devenir une obligation, ni, bien sûr, avoir un impact négatif sur le bien-être émotionnel, social et scolaire de vos enfants. Les enfants doivent faire des expériences, découvrir de nouveaux domaines et avoir la possibilité de choisir ce qu’ils aiment et ce qu’ils n’aiment pas, et les activités extrascolaires sont un bon moyen d’y parvenir. Parfois, les parents choisissent ces activités pour leurs enfants en projetant des espoirs ou des illusions sur l’enfant. Cette projection n’est que trop courante et affecte directement le développement de l’enfant, sa capacité à prendre des décisions et, encore une fois, affecte directement son niveau de stress et de frustration. Vous devez mettre vos attentes de côté, apprendre à connaître les intérêts de votre enfant et écouter activement ses besoins. Dans tous les cas, l’indécision fait également partie de cette étape, les parents doivent donc aider et accompagner leurs enfants dans ce choix, sans exercer de pression et en évaluant quelle activité est la plus appropriée en fonction de leur âge, de leurs goûts et de leurs intérêts.

A lire également : Pourquoi offir un piano à son enfant

Mon enfant refuse de faire une activité extra-scolaire : que faire ?

Si notre enfant ne veut pas faire d’activités extrascolaires, vous devez prendre ele temps d’écouter ses raisons. Peut-être ne lui avez-vous pas offert suffisamment de choix Peut-être s’est-il senti obligé de participer auparavant ? Peut-être n’a-t-il pas trouvé son « activité idéale » ? Forcer vos enfants à faire quelque chose qu’ils ne veulent pas faire n’est jamais conseillé. Invitez-les à participer à des cours d’essai. Prévoyez de petites activités au niveau de la famille pour que votre enfant se sente accompagné dans la décision et puisse expérimenter une activité dans un cercle qu’il connaît. Expliquez-lui les avantages de certaines activités (en utilisant un vocabulaire adapté à l’âge évidemment). En dehors de ces conseils, la chose la plus importante à garder à l’esprit est que vous devez respecter le temps et les décisions de vos enfants, en les accompagnant et en essayant de comprendre leurs motivations, afin de disposer d’informations et d’outils suffisants pour rechercher des alternatives favorisant leur développement physique, mental et émotionnel. À partir de l’âge de six ans environ, les enfants sont déjà plus conscients de ce qu’ils aiment et n’aiment pas, ils sont capables de communiquer efficacement et de signaler leurs besoins.

vous pourriez aussi aimer